Sélectionner une page

C’est le genre de documentaire qui est à la fois flippant et réconfortant.

 

Flippant parce qu’il montre ce que nous savons tous plus ou moins : que la terre a été profondément polluée depuis des dizaines d’années, gavée de produits chimiques, de pesticides, sacrifiée sur l’autel de la culture intensive et de la productivité. A vouloir produire toujours plus, on a fini par tuer la matière première, on a détruit nos propres moyens de subsistance tout en nous empoisonnant.

Mais ce documentaire est aussi réconfortant

Il montre des jeunes, des moins jeunes, anonymes pour la plupart, qui ont décidé de ne pas regarder cette dévastation continuer les bras ballants sans rien faire. Ils ont décidé que demain leur appartient et qu’ils peuvent, chacun à leur niveau, contribuer à changer le monde. Qu’un retour à une agriculture traditionnelle, saine, respectueuse de l’environnement, des équilibres naturels, était possible. Bref, ce film non seulement permet une prise de conscience, mais en plus favorise l’action.

Ce que j’en retiens – mais j’en étais déjà convaincu – c’est que notre avenir nous appartient. Que le monde dans lequel nos enfants vivront dépend de ce que chacun d’entre nous, individuellement et collectivement, décide de faire ou de ne pas faire. Je vous invite à aller voir ce film – je précise que je ne connais ni la réalisatrice ni aucun des acteurs / participants, et que je n’ai aucun intérêt financier ou personnel à retirer de cette invitation – simplement parce qu’il est bon et qu’il incite à être responsable, et donc libre.

N’hésitez pas à partager autour de vous !

[yuzo_related]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci pour votre intérêt !
Si vous avez aimé cet article, vous voudrez peut-être :
.. jeter un oeil aux recommandations de mes clients :
.. feuilleter voire acheter mon livre 😉 :
… que nous prenions contact :

.. ou simplement suivre mon actualité sur les réseaux sociaux :